apocalypse now

Publié le par lui-même

J'ai lu cet article du journaliste correspondant  Michel Cormier, celui-là même qui écrit le très intéressant La Russie des illusions.  Encore une fois,  exemple de l'imbécilité humaine et du manque de bonne volonté.
----------

À vivre dans le smog de Pékin, où certains jours il n’est pas avisé de sortir à l’extérieur, j’ai l’impression d’avoir un aperçu de ce que sera le monde dans cinquante ans si nous ne réussissons pas à contenir les gaz à effet de serre. Un sentiment accentué par quelques événements rapportés par les agences de presse cette semaine en Chine. Les voici: 
 

  • Des inondations ont coûté la vie à une centaine de personnes et ont affecté pas moins de neuf millions de Chinois. Les riverains du Yang Tsé Kiang disent ne jamais avoir vu une telle crue. Le groupe Greenpeace a rendu publique, en même temps, une vidéo de la fonte accélérée des glaciers de l'Himalaya. Cette fonte des glaces va, selon les experts, accentuer les inondations en Chine dans les prochaines années avant d'entraîner des sécheresses, puisque les glaciers sont la source principale des grands fleuves d’Asie.
  •  
     
  • Le premier ministre Wen Jiabao a ordonné une enquête sur une marée verte qui a contaminé le lac Tai, source d’approvisionnement en eau potable de plus de deux millions de Chinois. L’effet combiné de la pollution non contrôlée d’usines chimiques, du déversement d'engrais et des températures anormalement élevées du printemps a contribué à provoquer cette marée d’algues. On a dû détourner une partie des eaux du Yang Tsé Kiang pour nettoyer le lac.
  •  
     
  • La ville de Chongqing, dans le sud de la Chine, a ouvert ses abris qui datent de la Deuxième Guerre mondiale pour permettre à ses résidents d’échapper aux chaleurs suffocantes. La priorité sera donnée aux pauvres qui n'ont pas les moyens de se procurer un climatiseur. L'an dernier, le mercure est monté au-dessus de 40 degrés, la sécheresse a ruiné les récoltes et le début des classes a été reporté en raison de la chaleur. Le fait que ces abris aient été construits pour protéger les Chinois des raids aériens constitue une belle métaphore sur le nouveau genre de danger qui menace la Chine.
  •  
     
  • La ville de Pékin vient de constituer une brigade d'inspecteurs, la police de l’énergie, qui sera chargée de s’assurer que les grands édifices de la capitale respectent la consigne de climatisation fixée à 26 degrés. Cette mesure fait partie du nouveau plan du gouvernement central pour combattre l’émission de gaz à effet de serre.
  •  
     
    La réalité brute, c’est que la Chine aura besoin de beaucoup d’aide si elle espère contenir son problème de pollution. Le problème c’est que des pays comme le Canada sont mal placés pour lui servir d’exemple. Si un pays comme le Canada ne réussit pas à respecter ses engagements de Kyoto, nous disent les Chinois, comment pouvez-vous vous attendre à ce que la Chine accepte des cibles de réduction de gaz à effet de serre? Comment, ajoutent-ils, réclamer de la Chine qu’elle cesse de brûler le charbon alors que le Canada développe ses sables bitumineux? Comment, poursuivent-ils, demander de la Chine qu’elle se convertisse à des technologies vertes alors que le Canada s’est retiré du marché du carbone qui sert à financer le transfert des technologies environnementales?  
     
    Le smog s’est levé ce matin grâce à un vent frais qui vient de Mongolie. Un répit d’une journée ou deux, si on est chanceux.

    article disponible sur radio-canada
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LadyW 15/06/2007 21:54

Mari Chéri est allé en Chine en 2005, et juste la saleté des photos donnait mal au coeur. Le fleuve Yangtze qui traverse Shanghai est en fait une masse d'eau brune et verte qui bouillonne à la surface, et qui pourtant approvisionne la population de la région.Il compare ça à la révolution industrielle du 18ième en Angleterre, mais avec des moyens du 21ième siècle. Assez capotant.

Anouk 15/06/2007 18:33

En effet, le Canada est bien mal placé pour faire la morale.