400 ans de Québec, ou comment choisir une chanson aussi marquante que celle de Pierre Bertrand, un été mer et monde

Publié le par lui-même

Nous sommes au grand moment de choisir  la chanson qui fera office de perle, d'hymne à Québec la vieille capiteuse.
3 chansons ont été retenues. Et lisez-moi ces textes:

Contre tous les tourments
Qui brûlaient leurs saisons
Nos ancêtres vaillants
Nous bâtissaient maison
Une maison si belle
En pierre et en chansons
Une vraie citadelle
Sur l'horizon...
Et l'on vient de partout
Pour chanter avec nous

Québec
Là où le fleuv' se rétrécit
Québec
Au cœur de l'Amérique
Comment oublier ton histoire
De feux, de canons et d'espoir
Française depuis quatre siècles
La beauté n'attend pas le soir
En amour avec toi, Québec !
En amour avec toi, Québec !

Entre les ponts et l'île
Le fleuv' les Laurentides
Sous la neige ou l'été
Le ciel y vient fêter
Les rues s'amus' à faire
Des détours aux piétons
Gardent nos yeux ouverts
Sur l'horizon...
Et l'on vient de partout
Pour chanter avec nous...

Québec
Là où le fleuv' se rétrécit
Québec
Au cœur de l'Amérique
Comment oublier ton histoire
De feux, de canons et d'espoir
Française depuis quatre siècles
La beauté n'attend pas le soir
En amour avec toi, Québec !
En amour avec toi, Québec !

 

C'est pas beau ça?

Et l'autre:

J’ai tant d’histoires à raconter
Des grands bateaux, des conquérants
De la tourmente, de la beauté
Et des coeurs fous de liberté
Défiant le vent

J’ai tant d’histoires à raconter
L’anse au Foulon, la Citadelle
Quatre cents hivers, autant d’étés
Et le désir d’être plus belle
Défiant le temps

J'ai la mémoire de mes rivages
Et l'ambition d'un continent
Je suis la terre aux mille visages
Venus d'ailleurs, venus d'avant
Pour l'avenir et pour longtemps

J’ai tant d’histoires pour l’avenir
Je vous entends les raconter
Des aventures à plus finir
Des héros fous de liberté
Défiant le vent

J’ai tant d’histoires venues d’ailleurs
Tous ces parfums du vaste monde
Je suis la ville avec un coeur
Les bras ouverts je vous attends
Défiant le temps

J'ai la mémoire de mes rivages
Et l'ambition d'un continent
Je suis la terre aux mille visages
Venus d'ailleurs, venus d'avant
Pour l'avenir et pour longtemps

J’ai tant d’histoires à raconter
De grandes victoires, de grandes défaites
Mais j’ai le sang de la fierté
J’ai tant d’histoires dans ma tête
Et tant d’amour à vous donner

J'ai la mémoire de mes rivages
Et l'ambition d'un continent
Je suis la terre aux mille visages
Venus d'ailleurs, venus d'avant

J'ai la mémoire de mes rivages
Et l'ambition d'un continent
Je suis la terre aux mille visages
Venus d'ailleurs venus d'avant
Pour l'avenir et pour longtemps
Pour l'avenir de nos enfants

Oui, je vous voit en train de fredonner...
Wow, ça fait parti des trois chansons retenues!
Imaginez le reste...

Commenter cet article

SPB 23/07/2007 17:49

Ben, Plume avait écrit ça pour le 350e, mais, dit-il, il s'est fait refuser au concours. N'empêche que sa chanson, enregistrée sur le disque Chansons Nouvelles, a eu plus de postérité. On pourrait lui passer une commande pour le 400e...LE CHANT DE L'EGOUTIER (du 350e)Je vis dans une ville, je vis sur une îleCoincée dans un océan de banlieuesJe reçois des bills de l'hôtel de villeFaut ben payer, si on veut chialer mieux!Qu'est-ce qui va pas dans cette ville-là?Se demandait le chef de la bourgadeCette inquiétude de mande une étudeY faut réanimer la mascarade!Pourquoi mettre tant de gras dans la parade?Pour mieux lâcher son tas au-dessus du stade?Tant qu'à jouer sur les mots avec des phrases toutes faites(Pour maquiller nos dettes)Si on changeait la toile pour une toilette?Gargantua pourrait chier làComme les mégalomanes de son engeanceMême qu'y peut ben emmener son chienOn mettra des poteaux en conséquenceDe trou du cul, à trou dans rueTrous dans le budget et trous dans les mémoiresOn met des taxes comme des tampaxPis on plante des petits arbres pour pus rien voirL'hôtellerie, farce à part, se sent tout triste!Faut que la ville fasse sa part pour les touristes!Ce toujours très intrinsèque de faire la bon apôtreQuand on fait le jars avec le fric des autresBaissez donc le prix du gaz, des cigarettesC'est déjà fait! OuPatchez les fuites de gaz avant que ça pète!C'est comme la bière qui se fait la guerreC'est pas de la publicité qu'on achèteFaites-en une sorte qui est assez fortePis arrêtez de nous vendre des étiquettes!Je vis dans une ville, je vis sur une îleUn vieux volcan qui est plein d'yark! Par en dessousÀ voir la mine de note stade en ruineY a vraiment de quoi péter plus haut que le trouPour qu'une ville soit authentique dans son centrePas besoin d'y donner un mal de ventre!Tant qu'à faire un lavement pour faire surfer les ratsFaites donc le ménage dans le fonctionnariat!(Cette idée de vouloir prendre le monde pour des bouches-trousPour donner aux touristes ce qu'ils voient partoutCette idée de toujours prendre le monde des bouches-trousOn est un peu touristes nous autres itou...)1992, quel été de cul

Cynique Andromède 27/06/2007 17:02

Personnellement, j'ai surtout de la misère avec "les milles visages" j'imagine que c'est une métaphore pour parler de diversité ? Pourtant, lors de mes 43 visites, ce qui m'a d'abord frappé c'est à quel point tout le monde se ressemble dans la capitale... et s'habille pareil (mais ça c'est une autre hisoire !) Je sais pas, l'auteur parlait peut-être des 300 membres de la communauté haïtienne mis sur la sellette par l'affaire Scorpion? En passant, sans vouloir jouer les trouble-fête, qui se rappelle de la chanson pour le 350e de Mtl en 1992 ? ... C'est bien ce que je pensais ! Gens de Québec; ne vous inquètez pas outre mesure, en 2010 vous ne vous souviendrez même plus qu'il y avait une chanson officielle pour le 400e !

Le bro 26/06/2007 23:08

Québec!Si tu n'étais pas une ville, je te donnerais un becSi tu n'étais pas vieille, je te sortiraisSi je n'étais pas lendemain de veille, à ta santé je trinqueraisQuébec!Tu mériterais qu'on t'écrive une autre chansonAh! Si j'avais les ailes d'un angeJ'irais te voir aussi secJe sortirais de ma fangeQuitterais Montréal et son nom trop long(est arrivé 4e)