Souvenir du Mexique:un tractor nommé Caplan

Publié le par lui-même

Il y a 2 ans, votre Interventionniste voyageur était en tournée de propagande au Mexique avec un tractor nommé Caplan.
Nous partagions la même chambre d'hôtel. Une nuit, le copain Caplan se lève pour assouvir ses instincts de buveurs de cerveza (lire ici: uriner). En allant à la salle de bain, il se prend les pieds dans un objet non-contondant déposé alléatoirement au sol capitonné de cette chambre deluxe. Il tomba sur le lit de l'Interventionniste lui-même. Mais votre protecteur chéri, dormant du sommeil du juste, se réveilla en sursaut, que dire, en panique. Croyez-moi, un Interventionniste se réveillant en peur en pleine nuit, croyant que c'est des méchants zappartistes voulant le piller dans l'antre des antres,  ça donne un Shrek mélangé à la mairesse Boucher. Bref, debout dans le lit, en pleine noirceur mexicaine, prêt à affronter le méchant larcin inexistant. Et le Caplan méga-surpris de la réaction interventionniste de haut degré, me prenant à l'épaule et répétant 10 000 fois " c'est rien man, c'est moé, c'est moé, c'est moé". Bref, deux gros gabarits en sueur et tremblant de nervosité en pleine nuit! Après, on a rit.
Pourquoi je pense à ça aujourd'hui?
C'est que mini-interventionniste s'est réveillée dans la nuit en hurlant de terreur (cauchemard de crabes envahissant sa chambre). Mais le hurlement était sans appel: la peur extrème.
Je me suis réveillé dans le même état qu'au Mexique.
Mais, ô grace, il y avait l'Étoile Polaire de ma vie, nue, à mes côtés.
Et non un tractor nommé Caplan.
See ya soon, Caplan.

Publié dans interventionniste

Commenter cet article

lui-même 05/06/2006 18:03

C'Est ce qu'on apelle une arme de dissuasion massive.

Tractor 05/06/2006 17:51

Hehe. Je n'ai jamais entendu un hurlement comme ca depuis. Il restera imprimé da ma mémoire longtemps. Si jamais tu fais face à un ours enragé, crie de la même façon. Il prendra la fuite c'est garanti !!!