Le goût des Maures

Publié le par lui-même

Nous sommes définitivement l'été, et pourquoi pas présenter un article trivial sur un sujet que votre Interventionniste chéri connaît fort bien: la gastronomie.
Hier, mon ami Benoît, antenne de l'Interventionniste pour les bois, est allé avec Véro, antenne de l'Interventionniste chez les Belges, se promener, comme ça, dans les bois de *******, juste à côté de
l' *******; en fait c'est à gauche du fameux ******, bref à 5 minutes du centre-ville . Il a décidé de voir s'il y avait quelques champignons de sortis, puisqu'il en avait découvert quelques un l'année passée.
Mais croyez-moi, cette année, c'est une année à chanterelles, trompettes des Maures, bolets, dermatose de russule et autres lactaires, tricholome équestre, pied de mouton, lépiotes, agaric, etc.
Donc, dans ce fabuleux spot inconnu du quidam mais à deux pas de *******, Benoît & Véro on cueilli près d'un kilo de chanterelles et de trompettes des Maures. On avait même 3 cèpes de bordeaux dans le tas. Et ils m'ont bien averti: ils n'ont ramassé que les plus gros. LEs petits, on les laisse pousser avant que la Grande Faucheuse (Opinel pour les intimes) ne vienne.
Et vlan! Benoît me montre sa récolte et dit: "******* (c'est mon nom), fais-nous quelques chose." Décision: linguine aux champignons à la crème. Tout simple, mais tous les parfums et arômes subtils de nos amis appartenant au règne des mycota sont honorés.
Les champignons, soigneusement brossés pas Véro, sont dégorgés (revenir à feu moyen avec un peu d'eau, du sel et du beurre; ils rendent une partie de leur eau) et dès que le jus de cuisson commence à être abondant et que les fungi (ou champignon) ont fondu de moitié, hop! de la crème et de l'oignon (pas trop) très finement haché dans la préparation et on laisse mijoter doucement une dizaine de minutes.
Pendant ce temps, on ouvre une bonne bouteille  de saumur, on trinque à l'abondance que ********* nous offre, on fait cuire les linguine et on attend.
Hachons du persil frais. Quand les pâtes sont cuites, on mélange la sauce et les savoureux mycètes aux pâtes, on présente ça dans un beau grand bol que l'on met dans le milieu de la table, on mets du persil sur le tout, on ouvre une bouteille de Gewurtz, et on mange comme des porcs.
L'hiver, on opte pour une raclette.









à gauche: trompettes des Maures
à droite: la chanterelle.










Publié dans interventionniste

Commenter cet article