Liban-Israel: avons-nous un exemple de psychopatie aigue?

Publié le par lui-même

Cette semaine, je vous ai parlé de Zidane et l'affaire du coup-de-boule pas-de-classe.
L'analogie est laide, minimise l'action, mais usez de votre imagination: je t'insulte, genre "tu pus de la gueule espèce de cul terreux", et toi, lecteur,  tu me  donnes une fessée à coup de batte de baseball. C'est un peu l'affaire Zidane. Oui, c'était peut-être gratuit mon insulte, mais comme réponse, ce n'est pas  tout simplement exagéré? Un manque de jugement? Presque psychopathe? Tu aurais pu répondre en m'envoyant paître et hop, c'est réglé.
L'analogie, je la transmet à ce que le gouvernement d'Israël fait présentement, pendant que j'écris ces lignes et que le Mossad me traque, avec le Liban. PAs que le geste du Hesbolah est naïf, ou justifié, ou intelligent, ou stratégique, NON. Mais attaquer comme des enragés le Liban, qui a toutes les misères du monde à dealer avec le Hesbollah, c'est carrément sauvage, non-civilisé. Le Hesbollah, c'est pas le Liban (2 membres du gouvernement sont officiellement du groupuscule extrêmiste et c'est un gouvernement d'alliance). Ça fait penser, en infiniment plus petit, au mesures de guerre que nous avons eu en 1970, alors que Trudeau et ses sbires savait que le FLQ n'était qu'une poignée de jeunes idéalistes, mais qu'il a fait croire à la population entière qu'ils était des milliers. Vous savez la suite: des milliers de personnes arrêtés sans raisons, suspension de la société civile, etc....
Et j'ai entendu notre très honorable Premier Ministre Harper dire qu'il ne trouvait pas injustifié l'"intervention" (sic) de l'Israël et que c'était du côté du Liban de régler le problème. Pas que je suis surpris de la déclaration, non; seulement que cette déclaration m'a sortie de mon euphorie du beau temps, des belles nouvelles que j'ai ces jours-ci et que je me suis dit: "Ah! Oui, c'est vrai, c'est celui que les canadiens ont votés comme grand potentat de notre un peu trop grand pays..."
On voit comment il a dealer le conflit du bois avec les étatsuniens.
Je l'imagine dealer avec des syndicats...avec des autochtones...avec des sales artistes...
Bon, je m'en vais me faire un bagel au humus, c'est si bon, tendre et le mariage est quasi parfait....

Publié dans interventionniste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves 17/07/2006 16:48

Dans ce cas, ca veut dire que Israel ça serait pas Zizou mais bien Materazzi...

Yves 17/07/2006 16:44

Je cherche depuis des jours à comprendre la logique d'israel là-dedans. Avant, Israel était toujours logique, même si c'était l'épouvantable logique du proche-orient. Genre, je rentre au Liban pour faire une guerre conventionnelle avec un groupe ou un autre, histoire de les affronter sur le terrain de la guerre conventionnelle (où Israel est trop fort pour la ligue, dans le coin). Mais là, on varge en débile sur un pays au gouvernement faible, qui n'a aucune influence sur le Hezbollah.
Une idée: en détruisant le fragile équilibre libanais, Israel cherche à repartir la guerre civile, avec un Hezbollah obligé de se défendre à l'interne?