Saparmyrat Nyýazow, 19 février 1940-21 décembre 2006

Publié le par lui-même

Ah! Le Turkmenistan perd son père, celui qui a été nommé président à vie, le 29 décembre 1999, par le très crédible corps législatif du pays, confirmé par le très sérieux conseil du peuple en 2002.
J'ai déjà parlé de lui sur ce blog, mentionnant son état d'incontournable despote de l'air post-soviétique, reconnu pour ses décrets saugrenus et ses extravagances obsènes. Et sa gouvernance dictatoriale.
Un des décrets du Türkmenbaşy (chef des Turkmènes), que je site souvent en anecdote lors de soirées mondaines, est d'avoir imposé l'interdiction pour les jeunes gens d'avoir des dents ou des couronnes en or, et la recommandation associée de ronger plutôt des os, pour préserver leurs dents!!!
Et c'est lui qui a, en 2004,ordonné qu'un gigantesque palais de glace fût construit en plein milieu du désert turkmène. Puisqu'il aimait faire du ski.
Bref, il est mort aujourd'hui.
Et la semaine passée, c'était Pinochet.

Publié dans interventionniste

Commenter cet article

stefanika 28/12/2006 09:17

Eh oui, Pinochet, de sinistre mémoire. Le plus grand regret de plusieurs est qu'il est mort sans avoir été jugé pour ses crimes contre son peuple, ayant renversé et assassiné Allende avec l'aide du gouvernement de Nixon, à l'époque. Y-a-t'il encore des dictateurs dans la salle? Ou sont-ils devenus plus discrets? Il en subsiste un plutôt stalinien en Corée du Nord... Kim Jong-il

Yves 24/12/2006 23:45

Comme disais la chanson: " mon Dieu promet-moi  que l'enfer existe!..." 
Pinochet et l'autre fou la même semaine, c'est l'abondance.