Fête de l'Art: bonne fête à tous les pelleteux de nuages et autres déchets de la société qui vivent à cause de nos impôts et de nos taxes.

Publié le par lui-même



Il y a 1000000 d'années, un homme des cavernes incapable de chasser correctement ou de ramasser des fruits et autres champignons, décida de faire une couples de signes avec un morceau de roche sur les parois de la caverne. Ça passait le temps, et il s'apercevait que ça faisait royalement chier les autres mâles de la troupe et quelques femelles un peu niaiseuses. Les autres étaient en rogne, puisque celui qui faisait des gribouillis incompréhensibles avait, comment dire, plus de succès auprès des plus belles femelles de la tribu et certains mâles un peu bizarres.
Ils décidèrent en bloc de l'évincer du groupe. C'est ainsi que Wqpoieqwpero (nom fictif) décida de concevoir une super "maison" dans un arbre, première fois que quelqu'un pensait à ça. Et petit à petit, les femelles de la troupe, sauf quelqu'une tartes, décidèrent d'aller visiter notre original. Et trouvèrent sa maison vraiment bien aménagé. Quelqu'autres mâles itou. Wqpoieqwpero leur présenta également une des ses découvertes: un truc chaud, brûlant même, faisant de la lumière et transformant la viande en quelque chose de plus savoureux et digeste. Aussi, il se passait quelque chose de vraiment spécial: quand Wqpoieqwpero communiquait, des fois la bouche des autres s'ouvrait et émettait un son qui rendait les autres joyeux. C'était les premiers rires.
La majorité décidèrent que Wqpoieqwpero était essentiel à la tribu. Du coup, il n'avait plus à chasser ou cueillir, les autres le faisait pour lui. En échange, il créait de superbes dessins un peu partout, érigeait des monticules de pierres et autres matériaux, concevait des plans de maisons dans les arbres, enseignait comment frapper sur des troncs recouvert de cuir aux plus jeunes, etc.
En sa présence, on était bien. Et quand on était dans un endroit qu'il avait décoré, on était bien itou.
C'était le premier artiste.

Publié dans interventionniste

Commenter cet article