Le PQ, ou comment prouver que le ridicule ne tue pas (ou du moins ne provoque pas de mort subite)

Publié le par lui-même

Récapitulons:

On a un chef de parti, appelons-le Bernard L., qui, après un vote de confiance qui annonce que 76% des membres de son parti l'appui, démissionne.

Course au leadership dans le même parti. Un certain André B. et une certaine Pauline M. se présente pour succéder à Bernard L. Ce même Bernard L. jongle avec l'idée de se présenter comme candidat pour se succéder .

C'est André B. qui gagne haut-la-main. Pauline M. se retire de la vie politique. C'est la deuxième fois qu'elle perd une course à la chefferie.

André B. ne brille pas beaucoup pendant 18 mois.

Le parti prend une sévère raclé aux élections et est relégué au troisième rang.

André B. doit se défendre publiquement et essayer de prouver que ses membres lui font confiance et qu'il est un bon chef .

André B. accuse dans une entrevue un certain Gilles D., chef d'un autre parti à un autre niveau, de faire des tractations en coulisses pour le déloger de son poste. Réplique automatique de Gilles D. se défendant de. Quelques jours plus tard, démission de André B. Rappelons ici qu'André B. n'a été que 18 mois à la barre du parti. Après avoir été élu haut-la-main.

Gilles D. se lance dans la course à la succession immédiatement. Vous vous rappelez de Pauline M, mentionné un plus haut? Oui, celle qui a quitté la vie politique. Hé bien elle se lance dans la course à la succession la même journée que Gilles D. Rappelons qu'en se lancant dans la course, Gilles D. doit éventuellement quitter son poste de chef du parti à un autre niveau.

Moins de 20h après avoir annoncé sa candidature à la chefferie, Gilles D. se retire. Donc la même journée.

Et Pauline M. est quasi devenue chef(fe). Même si elle a jadis perdue contre le même André B.

Retour penaud du candidat d'un jour chez ses ami(e)s.

Allons-nous avoir un Bernard L. dans la course? Un Lucien B. itou?

Je cherche dans le programme du PQ l'endroit où il est souligné que le parti doit absolument avoir l'air zouf. Je trouverai certainement.

---

En bref

Québec, 12 octobre 2022- André Boisclair, ancien chef du défunt Parti Québécois , poste qu'il a occupé pendant 18 mois, battant ainsi le record de Pierre-Marc Johnson (maintenant embassadeur du Canada en France) lui aussi ex-chef du même parti pendant un peu plus de 24 mois, a accepté de présider la commission d'enquête publique sur l'effondrement du Stade olympique de Montréal, commandé par le Premier ministre du Québec, Gilles Taillon.

Commenter cet article