La fierté d'une ville: Le Queen Mary II

Publié le par lui-même

Surprise et consternation: en moins de 8 jours, 3 personnes m'ont souligné que ça faisait un bail que je ne vous avais pas entretenue de mes douces observations omnipotentes sur ma tribune virtuelle (ah! que de bonheur d'introduire ce mot pour la première fois de la journée et de le partager avec vous. Pas avec mon canin interventionniste, avec VOUS.).
Donc, me voici cher(e)s interventionné(e)s chéri(e)s!
Et pour parler de quoi?
Du QMII, pardi!
Oui, à chaque fois que ce paquebot se pointe dans le fabuleux port de la Vieille Capitale (si Québec était masculin, ça serait donc le Vieux Capiteux?) on en parle à la radio, on fait un topo à la télé pour dire ce que l'on entend à chaques fois mais ô combien c'est intéressant de savoir combien d'oeufs est utilisé dans une année pour combler les convives , combien de terrains de football (mesure universelle qui veut dire beaucoup) la salle à manger du sous-capitaine de nuit mesure, combien de kilo de Viagra est ingurgité, etc. Et même votre Interventionniste en parle sur son espace virtuelle (Ah! quel bonheur de...).
Je me rappelle il y a 2 ans quand le Taj-Mahal flottant s'est pointé pour la première fois à Québec-la-capitale comment il y avait eu des embouteillages monstre because fallait que tout le monde regarde cette 23ième merveille du monde! Même que le très raffiné big boss du Port de Québec-la-perle-de-la-Nouvelle-France, mister Ross Gaudreault avait offert des hot-dogs gratos aux distingués habitants de la bourgade sympathique qu'est Québec-la-sexy.
Euark!
Magnifique, ce centre d'achat pour clientèle gériatrique? Non, plutôt gênant, honteux, affreusement laid, démesuré et plutôt irrespecteux de la classe ouvrière. Un peu comme ces Hummer-limousine qui se promène dans St-Roch.
Et les gens qui sont sur ces néo-pyramides de pharaons des Temps modernes sont complètement déconnectés de la réalité, comme ceux qui se promène avec d'énormes véhicules motorisés style autocar Prévost aménagé pour couple de retraité.
Anecdote: je travaillais jadis sur la Rue-du-Trésor comme vendeur de gravures pour les touristes (ce n'est pas là que j'ai développé mon goût pour l'Art). Quand des gros bateaux arrivaient au port, on le savait. Souvent on ne voyait qu'une infime partie de la manne que représente 2000 touristes américains à la recherche de quelque chose qui prouve qu'ils sont passé par là. Pourquoi une infime partie? Certains préférais rester dans le bateau (bouffe gratos, le monde parle anglais et on peut continuer sa game de poker) et d'autres embarquait dans les bus qui les amenait...à la Place Laurier!!!
Et qu'est-ce que je me suis fait poser comme question un jour par un couple de floridiens? What's the name of the city, here? Vous vous rendez compte????Wow...
Une blague à ce sujet: un couple d'américains sont de retour de leur voyage à Paris. Des amis leur demande s'ils ont visité Le Louvre. Bien sûr! qu'ils répondent. Alors le couple d'amis pose la question :"vous avez eu la chance d'admirer La Joconde?". Et de répondre:" si elle était là, on l'a sûrement vu!".
Anyway, c'est pas seulement qu'à Québec qu'on s'excite autour d'un étron flottant comme ça.
Je suis allé à St-Nazaire, en Frooonce, endroit où la moitié du Queen Mary II à été construit, et laissez-moi vous dire qu'on l'a entendu souvent l'histoire...

Publié dans interventionniste

Commenter cet article

stefanika, l'homme aux chemises de course 21/10/2006 23:29

Oui, À la question "Whats the name of the city, here?" on pourrait répondre:
"This city IS Disneyland, the REAL one, with real people living in it, come back in winter season and you will see "Bonhomme Carnival" the grandson of Mickey Mouse, the reincarned spirit of cryogenated Disney."

Ils comprendront...

SP 18/10/2006 00:55

-->What's the name of the city, here? Haha! Elle est excellente!